La poésie dans le gobelet

Dans la série « on ne ne dit pas  » (par exemple : on ne dit pas « un potager » mais « un vieil ami »…), on ne devrait plus dire « les matières recyclées » mais « les matières première secondaires ». Car qui dit « recyclé » pense souvent « déchet », ce qui manque singulièrement d’attrait avouez-le.

Pour rendre le déchet plus attractif et nous convaincre de l’intérêt de la ré-utilisation de nos objets en fin de vie, il n’y a pas que les tours de passe-passe du vocabulaire, heureusement. Il y a aussi des artistes comme l’Américaine Tara Donovan, qui transforme les pailles et les gobelets en plastique, les assiettes en carton ou encore les fils de pêche en œuvres aussi spectaculaires que délicates. Et le plastique redevient fantastique…

Cette photo et d’autres sont à retrouver sur : Collectif textile, Tara Donovan

Les coraux malades des plastiques

Vous vous rappelez des Animaux malades de la peste ? Jean de la Fontaine ne pouvait certainement pas imaginer qu’au 21ème siècle, les coraux seraient malades des plastiques ou plus exactement des usages que nous en faisons.

Entre 2011 et 2014,  Joleah Lamb de l’Université Cornell à New York et ses collègues ont étudié cent cinquante-neuf récifs dans la zone Asie Pacifique. Elle a ainsi fait une découverte étonnante : le risque de maladie passe de 4% pour un récif corallien exempt de déchets plastiques à 89% pour un récif contaminé par ces mêmes déchets.

Sacs, filets de pêche, couches, sachets de thé… ce ne seraient pas moins de 11,1 milliards d’objets en plastiques qui pollueraient cette région et serviraient de chevaux de Troie aux microbes et bactéries qui s’attaquent aux coraux.

C’est en Indonésie qu’on en trouve le plus et en Australie, laquelle a les normes environnementales les plus strictes, qu’on en trouve le moins.

Les auteurs rappellent que les coraux sont vitaux pour la pêche et la protection des côtes, d’où l’urgence de les protéger contre cette invasion.

Pour aller plus loin : Plastic waste associated with disease on coral reefs