Recyclage du PET : le diable est dans les détails

Le rendement des recycleurs de PET (polyethylene terephtalate) a chuté de 73 à 68% depuis 2011 : pourquoi ?

Les bouteilles transparentes sont toujours plus fines, donc les paillettes de matière produites au recyclage aussi, augmentant la perte durant le processus. Une fois de plus, le diable est dans les détails : pour gagner sur la matière vierge (et le coût, ne soyons pas naïfs), nous pénalisons la fin de vie !

De plus, les applications alimentaires s’étendent désormais aux bouteilles opaques et aux barquettes, or les systèmes de collecte n’ont pas suivi cette complexité nouvelle.

Il y a donc deux axes de progrès :

D’une part il faut travailler en amont sur l’éco-conception des emballages en PET pour améliorer leur recyclabilité.

D’autre part il faut, en aval, revoir les procédés de tri pour préserver la qualité des flux « historiques » (le PET transparent) et développer des filières dédiées pour le traitement du PET opaque et des barquettes.

https://www.recycling-magazine.com/2017/07/17/pet-recyclers-suffer-lower-input-qualities/

Après les blue suede shoes…

Voici les ROTHY’S : des ballerines en PET recyclé créées par Roth Martin et Stephen Hawthornthwaite à San Francisco. Déclinées en deux formes et une multitude de couleurs, elles sont réputées légères, confortables et lavables en machine. Elles sont en outre recyclables : si vous n’en voulez plus, vous pouvez les retourner gratuitement à PLUSfoam, une société qui recycle déjà les produits de PATAGONIA ou THE NORTH FACE notamment.

https://rothys.com/