La SFIP invite le CEEBIOS pour une conférence sur le biomimétisme

A l’issue de son Assemblée Générale qui s’est tenue à Paris le 12 avril dernier, la SFIP (Société Française des Ingénieurs des Plastiques) a accueilli Laura Magro, chargée de mission au CEEBIOS (Centre Européen d’Excellence en Biomimétisme de Senlis), pour une conférence inspirée et inspirante sur le biomimétisme.

Je ne redéfinis pas la notion de biomimétisme, préférant vous renvoyer à mes précédents articles sur le sujet, sinon vous m’accuseriez de radoter !

Je reprends juste deux exemples assez connus de produits bio-inspirés. Commençons avec la bardane, dont les fruits sont munis de crochets destinés à faciliter la dispersion des graines en s’accrochant à tout ce qui passe près d’eux, notamment les poils de votre chien. C’est ce qu’a remarqué George de Mestral après une balade avec le sien et ce qui l’a amené à inventer le Velcro en 1941. Et si vous préférez la pêche à la randonnée, je vous propose le Shinkansen, le train à grande vitesse japonais, dont le « nez » est inspiré du bec du martin-pêcheur.

L’évolution du nombre de publications scientifiques sur le sujet montre que l’intérêt pour cette discipline explose littéralement depuis le début des années 2000. Pourquoi maintenant ? Parce que la progression des connaissances, notamment dans le domaine de la biologie, se combine à la nécessité actuelle de prendre en compte les impacts sociétaux et environnementaux de notre développement : il est urgent d’innover autrement et de faire preuve d’humilité face à l’extraordinaire complexité du vivant.

Comment mieux utiliser l’énergie solaire et réduire notre dépendance aux énergies fossiles ? Comment colorer sans pigment ni peinture ? Comment coller sans colle ? Comment fabriquer nos matériaux dans l’eau, à température et pression ambiantes ? Comment stocker la nourriture, purifier l’eau, utiliser l’intelligence collective… Autant de questions épineuses pour nous auxquelles la nature sait depuis longtemps trouver des réponses durables.

Lors de cette conférence, j’ai découvert que la France possède le plus grand espace maritime au monde, 10% de la biodiversité mondiale connue (grâce à l’Outre-mer) et conserve 75 millions de spécimens au Museum d’Histoire Naturelle de Paris. Alors au fond, peu importe au fond de savoir si c’est Voltaire ou Ben Parker (l’oncle de Peter Parker alias Spiderman) qui a dit qu’un grand pouvoir impliquait de grandes responsabilités : avec un pareil patrimoine naturel et scientifique, nous n’avons qu’à ouvrir les yeux et retrousser nos manches pour innover autrement et durablement. On dénombre d’ailleurs dans notre pays environ 175 équipes de recherche qui travaillent sur le biomimétisme et 100 entreprises qui s’inspirent de cette démarche.

Le CEEBIOS a pour vocation de fédérer ce réseau de compétences, de contribuer à la formation et d’accompagner des projets innovants : pour vous aider dans votre démarche de bioinspiration, contactez-le ! Quant au prochain événement de la SFIP, retrouvez-en le programme ici.

 

Photo : Vincent van Zalinge sur Unsplash

Des voitures à croquer

Dans les années 30, Henry Ford avait demandé à ses bureaux d’études de plancher sur l’introduction de matériaux biosourcés (1) dans les voitures. C’est ainsi que fut présentée le 14 août 1941 la Hemp Body Car : la voiture à carrosserie en chanvre. Si le châssis et quelques renforts étaient encore métalliques, la carrosserie était à base de graines de chanvre et de soja, de fibres de sisal et de paille de blé !

Quatre mois plus tard, l’attaque de Pearl Harbor entraînait les Etats-Unis dans la seconde guerre mondiale, remisant la voiture au garage. Un garage dont elle ne ressortit pas après le conflit : le pétrole n’était pas cher, les polymères synthétiques en profitaient pour prendre leur envol…

Un peu moins de cent ans se sont écoulés et le contexte économique et environnemental a bien changé. Où en est FORD avec « la paille et le grain » ? Si l’on en croit un article de Plastics Technology, Henry Ford serait ravi de constater que ses équipes avancent sur le sujet.

Quelques exemples ? FORD a introduit en 2008 sur la Mustang des mousses à base d’huile de soja pour les sièges et les appuie-têtes. Depuis 2011, ces mousses sont utilisées sur tous les véhicules commercialisés en Amérique du Nord. La paille de blé remplace le talc comme renfort dans le plastique (du polypropylène ou PP) des habillages intérieurs avec à la clé un allègement de l’ordre de 10%. Le constructeur travaille avec un fabricant de ketchup sur la ré-utilisation de ses peaux de tomate ainsi qu’avec un producteur de tequila dont les fibres d’agave (après extraction du jus destiné à la distillation) pourraient également être à l’origine de nouveaux matériaux.

FORD étudie aussi de près les algues et même le pissenlit russe (Taraxacum kok-saghyz). Car le pissenlit est une source de latex, comme l’hévéa. Si, si, vous le saviez forcément : qui n’a pas cueilli au moins une fois un pissenlit pour souffler sur son aigrette et se poisser les doigts avec le suc s’écoulant de la tige coupée ? Ce suc, c’est du latex et du latex on fait tout simplement… des pneus.

 

(1) Un matériau « biosourcé » est fabriqué à partir de ressources renouvelables (maïs, lin, algues…) et non pas de ressources fossiles comme le pétrole et le charbon.

Prix de l’inventeur européen 2017

La nouvelle arme fatale aux déversements de pétrole et de produits chimiques est… une éponge !

Il s’agit d’une cire synthétique mise au point par Günter Hufschmid et son équipe de la société allemande Deurex. Cette cire peut adsorber jusqu’à sept fois son poids en liquides hydrophobes sans retenir d’eau, ce qui en fait l’outil idéal pour nettoyer les déversements et fuites, quel que soit l’endroit où ils se produisent : dans votre garage ou autour d’une plateforme de forage pétrolier en mer.

Décerné par l’Office Européen des Brevets, le Prix de l’Inventeur Européen 2017 (catégorie Petites et Moyennes Entreprises) a été attribué à Günter Hufschmid pour cette cire qu’il a appelée « Pure ». Par rapport aux agglomérants existants, Pure agirait plus rapidement, adsorberait plus de contaminants en laissant derrière elle moins de résidus et surtout serait ré-utilisable après essorage.

Alors qu’il essayait de mettre au point un nouveau type de cire micronisée, un employé de la société Deurex a laissé une machine tourner une nuit entière avec des paramètres de température et de pression incorrects. Le lendemain matin, le sol était recouvert d’une substance duveteuse et fibreuse que les employés ont rapidement surnommé « coton magique ». La société Deurex a donc trouvé avec Pure autre chose que ce qu’elle cherchait… C’est un cas typique de sérendipité, néologisme calqué sur l’anglais « serendipity ». Le terme serendipity a été inventé en 1754 par Horace Walpole, qui désigne ainsi des « découvertes inattendues, faites par accidents et sagacité » et par « sagacité accidentelle ». La découverte de l’Amérique par Christophe Colomb est un bel exemple de sérendipité, tout comme l’invention du Post-It.

En 2010, année d’invention de Pure, la catastrophe de Deepwater Horizon a causé l’écoulement de près de 770 millions de litres de pétrole dans les eaux environnantes du Golfe du Mexique, ce qui n’en faisait « que » la quatrième plus importante marée noire de l’histoire. La gestion des déversements d’hydrocarbures représentait alors un marché d’environ 13 milliards d’euros  à l’échelle mondiale et devrait nettement augmenter pour atteindre 118 milliards d’euros d’ici 2020. En effet, si le nombre de déversements est en baisse, les transports de pétrole (par voie maritime ou pipeline terrestre) augmentent et les gouvernements font davantage appel aux technologies de gestion des déversements.

Des négociations sont en cours entre Deurex et des acteurs de l’industrie pétrolière. La société espère que son nouveau produit lui permettra de s’imposer sur ce marché. Pendant ce temps-là, que fait donc Bob l’Eponge ?