Serions-nous plus malins que les humains ?

C’est la question que semble se poser ce macaque crabier ou macaque à longue queue (Macaca fascicularis).

Ses congénères, qui habitent le parc national de Sam Roi Yot en Thaïlande, ont l’habitude d’utiliser des outils pour pêcher les huîtres et coquillages qui composent leur alimentation. Des chercheurs de l’Université d’Oxford (1) ont mis en évidence que la taille et l’abondance des proies avaient tendance à diminuer sur deux îles du parc, avec un impact plus marqué sur l’île de Koram, dont la population de macaques est plus importante que celle de NomSao. C’est le « plus on est de fous, moins il y a de riz » de Coluche revisité : « plus on est de macaques, moins il y a de fruits de mer ».

Là où cela devient intéressant, c’est que ces mêmes chercheurs ont constaté que, bien que visant les mêmes proies que leurs cousins de NomSao, les macaques de Koram choisissent des outils plus petits pour la pêche. Selon Lydia Luncz et ses collègues d’Oxford, les macaques pourraient avoir ainsi réduit la taille de leurs outils en réponse à la raréfaction des proies.

Peut-on en conclure que le macaque pratique instinctivement la pêche durable tandis que l’homme continue de surexploiter les ressources halieutiques ?

 

(1) NATURE, Vol 549, 21 septembre 2017

Soufre et colza : le jaune est la couleur de la rentrée !

La convention de Minamata sur le mercure, adoptée par les Nations Unies en 2013, est entrée en vigueur le 16 août dernier. Ses 74 pays signataires ont l’obligation de protéger leurs citoyens des effets nocifs du mercure et de mettre en place un contrôle des activités polluantes, comme l’exploitation artisanale des mines d’or, le raffinage du pétrole et du gaz naturel, la métallurgie ou même l’agriculture.

Le mercure est en effet un poison violent dont les effets étaient déjà décrits par Pline l’Ancien au 1er siècle. Les composés du mercure utilisés pour traiter les feutres destinés à la fabrication de chapeaux auraient d’ailleurs inspiré à Lewis Caroll le personnage du chapelier fou d’Alice au pays des merveilles.

On estime à 1 400 tonnes par an la contamination des eaux et des sols par le mercure utilisé pour la seule exploitation des petites mines d’or artisanales, lesquelles sont essentiellement situées dans des pays pauvres. Or s’il existe déjà des solutions de remédiation, elles sont généralement coûteuses.

Le moment était opportun pour qu’une équipe de chimistes australiens publie les résultats de ses travaux sur un traitement « low cost » des déchets contaminés par le mercure. En mélangeant de l’huile de colza ou de tournesol usagée (un sous-produit de l’industrie agro-alimentaire) à du soufre (un sous-produit abondant et peu coûteux de la pétrochimie), ils ont obtenu un polymère, un genre de caoutchouc synthétique, suffisamment polyvalent pour capturer le mercure sous ses formes les plus communes.

Recycler pour dépolluer : c’est le « double effet kiss-cool » appliqué à la protection de l’homme et de l’environnement (les deux étant indissociables bien sûr).

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/chem.201702871/full