La SFIP invite le CEEBIOS pour une conférence sur le biomimétisme

A l’issue de son Assemblée Générale qui s’est tenue à Paris le 12 avril dernier, la SFIP (Société Française des Ingénieurs des Plastiques) a accueilli Laura Magro, chargée de mission au CEEBIOS (Centre Européen d’Excellence en Biomimétisme de Senlis), pour une conférence inspirée et inspirante sur le biomimétisme.

Je ne redéfinis pas la notion de biomimétisme, préférant vous renvoyer à mes précédents articles sur le sujet, sinon vous m’accuseriez de radoter !

Je reprends juste deux exemples assez connus de produits bio-inspirés. Commençons avec la bardane, dont les fruits sont munis de crochets destinés à faciliter la dispersion des graines en s’accrochant à tout ce qui passe près d’eux, notamment les poils de votre chien. C’est ce qu’a remarqué George de Mestral après une balade avec le sien et ce qui l’a amené à inventer le Velcro en 1941. Et si vous préférez la pêche à la randonnée, je vous propose le Shinkansen, le train à grande vitesse japonais, dont le « nez » est inspiré du bec du martin-pêcheur.

L’évolution du nombre de publications scientifiques sur le sujet montre que l’intérêt pour cette discipline explose littéralement depuis le début des années 2000. Pourquoi maintenant ? Parce que la progression des connaissances, notamment dans le domaine de la biologie, se combine à la nécessité actuelle de prendre en compte les impacts sociétaux et environnementaux de notre développement : il est urgent d’innover autrement et de faire preuve d’humilité face à l’extraordinaire complexité du vivant.

Comment mieux utiliser l’énergie solaire et réduire notre dépendance aux énergies fossiles ? Comment colorer sans pigment ni peinture ? Comment coller sans colle ? Comment fabriquer nos matériaux dans l’eau, à température et pression ambiantes ? Comment stocker la nourriture, purifier l’eau, utiliser l’intelligence collective… Autant de questions épineuses pour nous auxquelles la nature sait depuis longtemps trouver des réponses durables.

Lors de cette conférence, j’ai découvert que la France possède le plus grand espace maritime au monde, 10% de la biodiversité mondiale connue (grâce à l’Outre-mer) et conserve 75 millions de spécimens au Museum d’Histoire Naturelle de Paris. Alors au fond, peu importe au fond de savoir si c’est Voltaire ou Ben Parker (l’oncle de Peter Parker alias Spiderman) qui a dit qu’un grand pouvoir impliquait de grandes responsabilités : avec un pareil patrimoine naturel et scientifique, nous n’avons qu’à ouvrir les yeux et retrousser nos manches pour innover autrement et durablement. On dénombre d’ailleurs dans notre pays environ 175 équipes de recherche qui travaillent sur le biomimétisme et 100 entreprises qui s’inspirent de cette démarche.

Le CEEBIOS a pour vocation de fédérer ce réseau de compétences, de contribuer à la formation et d’accompagner des projets innovants : pour vous aider dans votre démarche de bioinspiration, contactez-le ! Quant au prochain événement de la SFIP, retrouvez-en le programme ici.

 

Photo : Vincent van Zalinge sur Unsplash

Eco-plasturgie : osez les matériaux biosourcés ou recyclés

Parce que le remplacement des matériaux issus du pétrole demeure un énorme challenge, la SFIP, l’ISPA et l’IMT Lille Douai organisent en octobre un congrès intitulé « Eco-plasturgie : osez les matériaux biosourcés ou recyclés ».

L’objectif de ce congrès est de mieux comprendre d’où proviennent les biosourcés et recyclés, quelles sont leurs propriétés et leurs limites, ainsi que leurs applications.

Consultez l’appel à communications et envoyez-nous vos projets de contributions d’ici au 05 avril !

La 3D c’est désuet !

La 3D c’est déjà désuet ! Pour preuve, le CNRS organise un workshop à Paris le 15 septembre sur l’impression 4D :

L’impression 4D, c’est la fabrication additive (l’impression 3D, donc) d’objets dont la forme et/ou la fonctionnalité peuvent changer en fonction du temps ou d’une sollicitation externe (la lumière par exemple).

Il s’ensuit qu’elle permet d’imaginer l’auto-assemblage de matériaux ou d’objets, cet auto-assemblage étant rendu possible par le fait même que la matière qui les compose est « programmable ».

Bien sûr les perspectives (plus besoin d’usines, une robotisation qui se fait toute seule…) n’ont d’égal que les verrous qu’elle doit encore lever !

Pour en savoir plus, il suffit de s’inscrire ici.