And the winner is…

Qu’y a-t-il de commun entre les films Skyfall et Ma vie de Courgette ? A minima, l’impression 3D. Fabrication additive et cinéma font bon ménage depuis de nombreuses années déjà et le mois dernier, un Oscar est venu consacrer cette union.

L’Oscar des meilleurs costumes a en effet été attribué à Ruth E. Carter pour son travail sur les costumes du film Black Panther. La créatrice a basé son travail sur l’alliance entre tradition et hypermodernité. Car la civilisation Wakanda décrite dans le film possède une avance technologique considérable sur le reste du monde, alliée à un enracinement profond de sa culture traditionnelle africaine résultant de son isolement. Les costumes devaient donc apparaître totalement futuristes et en même temps complètement traditionnels.

Pour relever ce défi, Ruth Carter a fait appel à Julia Koerner, une designer pluridisciplinaire intervenant dans les domaines de l’architecture et de la mode et reconnue pour sa maîtrise de l’impression 3D de vêtements. Avec l’aide de la société belge MATERIALISE, spécialisée dans la réalisation de pièces imprimées, elles ont créé la couronne (inspirée des coiffes de mariage zulu) et le mantelet de la reine Ramonda, jouée par Angela Bassett. Les pièces ont été obtenues par le procédé dit SLS (Selective Laser Sintering) qui consiste à fusionner une couche de particules avec un laser. Une fois la première couche terminée, une deuxième couche est ajoutée et ainsi de suite, jusqu’à ce que la pièce soit complètement construite. La poudre en question est un polyamide 12, l’un des nombreux éléments de la grande famille des polyamides. Si celui-ci ne vous dit rien, peut-être vous rappelez-vous que je vous avais parlé ici de son petit frère le polyamide 11 et sans doute connaissez-vous leur cousin le plus célèbre : le nylon.

Wakanda -and Koerner- forever !

Photo : MARVEL

Nathalie Pécoul