Betterave n°1

Agronome de formation, Céline Corpel a repris en 2004 la ferme familiale à Amifontaine dans l’Aisne. Accompagnée par PUR Projet et un grand nom français de la cosmétique et des parfums, elle associe un projet d’agroforesterie à la culture de la betterave sucrière.

L’agroforesterie consiste à intégrer des arbres et des arbustes dans les systèmes agricoles de culture ou d’élevage pour améliorer la qualité de la production et la pérenniser. Les arbres restituent notamment de la matière organique via les feuilles qui tombent au sol et la décomposition des racines : 40 % de la biomasse d’un arbre retourne au sol chaque année. La création d’un micro-climat sur la parcelle protège également les cultures et les animaux des stress thermiques et hydriques. L’arbre pourrait permettre d’amortir les accidents climatiques, en partie responsables de la stagnation des rendements des céréales en Europe. Les racines améliorent l’infiltration du ruissellement, limitent l’évaporation du sol…

Cette démarche appliquée à la culture de la betterave sucrière a donc entre autres pour ambition une production d’alcool plus respectueuse de l’environnement.

En décembre 2016, plus de deux mille arbres ont ainsi été plantés : alisiers, aulnes, cerisiers, charmes, cormiers, cornouillers, érables, fusains, noisetiers, noyers, merisiers, poiriers, pruneliers, sureaux, tilleuls, troènes… L’ensemble de la plantation représente environ 7% de la surface de la parcelle, désormais hors culture. Mais le groupe cosmétique qui accompagne Céline Corpel est prêt à acheter plus cher un alcool produit de façon responsable.

On raconte souvent que, quand on lui demandait ce qu’elle portait pour dormir, Marilyn Monroe répondait « Chanel n°5 ». Vous pourriez bientôt répondre à cette même question « Betterave bio n°1 ».

Les coraux malades des plastiques

Vous vous rappelez des Animaux malades de la peste ? Jean de la Fontaine ne pouvait certainement pas imaginer qu’au 21ème siècle, les coraux seraient malades des plastiques ou plus exactement des usages que nous en faisons.

Entre 2011 et 2014,  Joleah Lamb de l’Université Cornell à New York et ses collègues ont étudié cent cinquante-neuf récifs dans la zone Asie Pacifique. Elle a ainsi fait une découverte étonnante : le risque de maladie passe de 4% pour un récif corallien exempt de déchets plastiques à 89% pour un récif contaminé par ces mêmes déchets.

Sacs, filets de pêche, couches, sachets de thé… ce ne seraient pas moins de 11,1 milliards d’objets en plastiques qui pollueraient cette région et serviraient de chevaux de Troie aux microbes et bactéries qui s’attaquent aux coraux.

C’est en Indonésie qu’on en trouve le plus et en Australie, laquelle a les normes environnementales les plus strictes, qu’on en trouve le moins.

Les auteurs rappellent que les coraux sont vitaux pour la pêche et la protection des côtes, d’où l’urgence de les protéger contre cette invasion.

Pour aller plus loin : Plastic waste associated with disease on coral reefs

Eco-plasturgie : osez les matériaux biosourcés ou recyclés

Parce que le remplacement des matériaux issus du pétrole demeure un énorme challenge, la SFIP, l’ISPA et l’IMT Lille Douai organisent en octobre un congrès intitulé « Eco-plasturgie : osez les matériaux biosourcés ou recyclés ».

L’objectif de ce congrès est de mieux comprendre d’où proviennent les biosourcés et recyclés, quelles sont leurs propriétés et leurs limites, ainsi que leurs applications.

Consultez l’appel à communications et envoyez-nous vos projets de contributions d’ici au 05 avril !

Recyclage : même les stations-service sont concernées !

Il y a cent ans, le développement de l’industrie automobile a révolutionné la vie quotidienne des pays développés. Le monde a subitement rétréci, il est devenu incroyablement facile d’aller plus loin plus vite et les stations-service ont poussé comme des champignons. « Mobilité » rimait avec « proximité » des sources de carburant.

Mais les chocs pétroliers sont passés par là. Si le pétrole n’est pas épuisé, le pétrole bon marché lui est en passe de l’être. Sans compter que sa combustion génère du dioxyde de carbone dont la concentration atmosphérique augmente, impactant le climat : qui peut encore le nier sans être malhonnête ou stupide (voire les deux) ?

Le cabinet d’architecture GENSLER et l’équipementier sportif REEBOK ont imaginé ensemble la reconversion des stations-service américaines. Dans leur projet commun, les « petrol stations » qu’ils considèrent condamnées à terme, sont recyclées en « fitness centers » : au final, il est bien toujours question de « fourniture d’énergie » !

Chez GENSLER, on reconnaît que le projet est encore très conceptuel mais on se déclare optimiste quant à sa capacité à devenir réalité. A suivre…

 

Pour aller plus loin :

Gensler and Reebok reimagine US gas stations as gyms

The Gym Of The Future is Closer Than You Think

Un béton bio-inspiré (un sujet qui ne manque pas de piquant)

Avant d’être un blog, Métamorphoses était une publication « papier ». Début 2012, j’y relatais qu’une équipe internationale de scientifiques avait proposé une interprétation de la structure des épines d’oursin ouvrant selon eux des perspectives pour la fabrication de bétons plus performants.

Les épines d’oursin sont en effet essentiellement constituées de carbonate de calcium. Si je vous dis « craie » vous voyez mieux de quoi il s’agit… En principe, ce matériau est très fragile. Marcher sur un oursin ne devrait donc pas être un problème : les épines devraient casser sous le pied de l’imprudent. Mais chacun sait, par expérience ou par instinct, que ce n’est pas le cas et qu’il vaut mieux faire un détour. Pourquoi les épines d’oursin ne sont-elles pas friables comme de la craie ?

L’équipe en question indiquait qu’à l’échelle nanométrique, ces épines sont en fait organisées comme un mur de « briques » reliées entre elles par un « mortier ». Briques et mortier sont également constitués de carbonate de calcium, mais organisé de deux façons différentes. Les briques sont de la calcite, une forme cristalline et cassante de ce minéral, tandis que le mortier est une forme amorphe présentant une certaine élasticité. Lorsqu’une force est appliquée sur la calcite, le bloc cristallin se fend. Mais l’énergie est transférée au mortier qui la dissipe, empêchant la casse.

Six ans plus tard, un « ciment inspiré de la structure cristalline de la calcite qui compose les épines d’oursins a été synthétisé par une équipe de scientifiques allemands« . L’article publié dans Materials Science rappelle que le béton, s’il présente une grande résistance à la compression, a l’inconvénient de manquer d’élasticité et de n’offrir qu’une faible résistance à la torsion. C’est pourquoi il est souvent renforcé avec des barres d’acier.

Pour améliorer ses propriétés, les scientifiques se sont inspiré des oursins. En organisant de façon très fine des zones minérales rigides et des zones polymères élastiques dans un ciment, ils ont obtenu un béton dont la résistance à la flexion serait quarante à cent fois supérieure à celle de bétons traditionnels.