Marilyn n’est pas seule à aimer les diamants

Marilyn n’est pas seule à aimer les diamants. J’en conviens : j’ai un faible pour ceux de la grille de radiateur des voitures Mercedes.

Déformation professionnelle sans doute… Je ne me lasse pas de contempler cette grille « diamant » quand j’en ai l’occasion. Créée en 2012, elle est moulée par injection en ASA ou acrylonitrile styrène acrylate (1). C’est un réseau très fin (pour optimiser le flux d’air) à deux-cent-quatre-vingt-huit « nœuds » de plastique. Une fois la pièce injectée, les nœuds doivent être décorés, en l’occurrence « chromés » car « l’effet chrome » reste un grand classique du décor des plastiques (2).

Première difficulté : s’il est facile à colorer, l’ASA est assez visqueux ce qui n’en fait pas un candidat évident pour la production de pièces aux parois fines.

La forme de la grille, en l’occurrence les angles du réseau, a constitué un deuxième challenge : il a fallu trouver un compromis entre la maximisation du flux d’air et l’aptitude de la pièce au démoulage. Vous n’êtes pas plasturgiste, mais vous avez bien un moule à cake ? Alors imaginez un moule dont les parois se resserreraient vers le haut au lieu de s’évaser : vous ne pourriez pas démouler le gâteau. En plasturgie, c’est pareil : tous les angles ne sont pas « démoulables ».

Après l’injection, vient l’étape de décoration : un peu comme si vous recouvriez votre gâteau d’un glaçage au chocolat. Ici le « glaçage » est un « marquage à chaud », réalisé par la société allemande KURZ. Il s’agit d’un procédé de transfert d’un décor d’un ruban sur une pièce plastique au moyen d’un tampon en silicone chauffé. Voici une très courte vidéo de KURZ sur le marquage à chaud vertical : Vertical hot stamping. Dans le cas de la grille, ce n’est pas toute la pièce qui est chromée mais seulement les nœuds, dont les formes sont variables pour créer une réfraction non uniforme imitant l’étincellement du diamant. Là réside une troisième difficulté, car le tampon en silicone qui vient appliquer le décor doit pouvoir s’adapter aux différentes courbures des différents nœuds !

Après avoir surmonté tant d’obstacles, cette grille « diamant » a remporté un prix de la SPE (Society of Plastics Engineers) Central Europe en 2013. Si vous voulez mon avis, elle ne l’a pas volé.

 

(1) L’ASA est un polymère thermoplastique de la famille des styréniques : c’est un copolymère styrène-acrylonitrile (donc un SAN) greffé avec un élastomère acrylique. On l’utilise pour la réalisation d’éléments de carrosserie mais aussi pour la fabrication des planches à voile.

(2) That’s chrome, isn’t it? in Plastics News Europe, September 2017.

Les gourous de l’impression 3D me fatiguent

 

Le changement climatique ? Oubliez l’accord de Paris et pensez impression 3D ! C’est en substance ce que dit cet article :

Who Needs The Paris Climate Accords When You Have 3D Printing?

J’en conviens, je n’ai pas lu l’accord de Paris : je ne me prononcerai donc pas sur son efficacité. Par contre, question impression 3D j’en sais à l’évidence plus que l’auteur et il me ferait bien rire si le sujet n’était pas si sérieux. L’apprenti sorcier qui a commis cet article ferait mieux de retourner à son balai, car voici ce qu’il raconte :

« Dans les cinq à dix ans, l’impression 3D occupera une part considérable dans l’industrie. »

« Considérable », ça fait combien au juste : 5%, 10%, 20% ? Le marché global de l’impression 3D devrait représenter 55,8 milliards de dollars en 2027 selon l’étude The future of 3D Printing by 2027 (les chiffres varient quelque peu selon les sources mais l’ordre de grandeur est bien celui-ci), ce qui représente… 0,5% de la production industrielle globale.

« L’impression 3D émet moins de fumées et de vapeurs toxiques [que les procédés conventionnels]. Les émissions sont en outre mieux contenues et éliminées grâce à des filtres. »

Heureusement, l’industrie n’a pas attendu l’auteur pour se préoccuper des émissions nocives et découvrir les filtres ! Il n’y a d’ailleurs pas de raison que l’impression 3D soit en elle-même moins « émissive » que les procédés conventionnels. Au contraire, il est établi qu’imprimer des plastiques en 3D génère des particules ultrafines et des composés organiques volatils plus ou moins nocifs (Emissions of Ultrafine Particles and Volatile Organic Compounds from Commercially Available Desktop Three-Dimensional Printers with Multiple Filaments). Quant à la fabrication additive métallique, elle implique la manipulation de poudres fines, qui présentent des risques tant sur le plan de la santé (au niveau respiratoire par exemple) que sur celui de la sécurité (explosion). Les exigences liées à la manipulation des poudres ne se limitent bien sûr pas au métal. Regardez cette vidéo et l’équipement de l’opérateur et dites-moi si vous installeriez cela chez vous :

3D printed plastic hand

Au passage, ceci montre à quel point il faut avoir un sens excessif du raccourci pour asséner sans nuance que l’impression 3D est « l’exemple phare de la fabrication additive, qui assemble les matériaux de façon précise en n’utilisant que ce qui est nécessaire au produit final. » Car il ne faut pas croire que la poudre en excès que vous voyez sur ces images soit réutilisable indéfiniment…

Selon l’auteur, l’impression 3D serait définitivement « moins polluante ». Je connais pourtant des exemples de pièces qui nécessitent 75% de leurs poids en produits chimiques pour être « nettoyées » après leur fabrication par impression. Est-ce que vous utiliseriez -presque- 4 kg de lessive pour laver 5 kg de linge ?

Pour conclure, l’auteur cite Julian Simon, qui paria dans les années 70 que les ressources naturelles deviendraient plus et non moins abondantes avec le temps et « gagna son pari haut la main dix ans plus tard ». Voilà qui piétine allègrement les lois de la thermodynamique et amène l’auteur à regretter que « les écologistes continuent d’ignorer la capacité des entreprises à résoudre les problèmes qu’elles créent ». Un aveu « d’auto-toxicité » qui prête à sourire, non ?

L’impression 3D ne remplace pas les technologies existantes, pas plus qu’elle n’a vocation à résoudre la question du changement climatique. Par contre, elle ouvre des perspectives considérables quant à la complexité des formes, la liberté de conception des pièces, la réduction des assemblages et la personnalisation. Un exemple parmi des milliers d’autres : elle est actuellement étudiée comme un moyen de réalisation de capteurs et générateurs électriques en polymères piézoélectriques : Les objets connectés passent à la génération piézoélectrique.

Oui, l’impression 3D est une nouvelle et fabuleuse lame sur le couteau suisse, mais raconter n’importe quoi à son sujet ne lui rend pas service.

 

Voir la version anglaise de cet article sur LINKEDIN : 3D printing

Soufre et colza : le jaune est la couleur de la rentrée !

La convention de Minamata sur le mercure, adoptée par les Nations Unies en 2013, est entrée en vigueur le 16 août dernier. Ses 74 pays signataires ont l’obligation de protéger leurs citoyens des effets nocifs du mercure et de mettre en place un contrôle des activités polluantes, comme l’exploitation artisanale des mines d’or, le raffinage du pétrole et du gaz naturel, la métallurgie ou même l’agriculture.

Le mercure est en effet un poison violent dont les effets étaient déjà décrits par Pline l’Ancien au 1er siècle. Les composés du mercure utilisés pour traiter les feutres destinés à la fabrication de chapeaux auraient d’ailleurs inspiré à Lewis Caroll le personnage du chapelier fou d’Alice au pays des merveilles.

On estime à 1 400 tonnes par an la contamination des eaux et des sols par le mercure utilisé pour la seule exploitation des petites mines d’or artisanales, lesquelles sont essentiellement situées dans des pays pauvres. Or s’il existe déjà des solutions de remédiation, elles sont généralement coûteuses.

Le moment était opportun pour qu’une équipe de chimistes australiens publie les résultats de ses travaux sur un traitement « low cost » des déchets contaminés par le mercure. En mélangeant de l’huile de colza ou de tournesol usagée (un sous-produit de l’industrie agro-alimentaire) à du soufre (un sous-produit abondant et peu coûteux de la pétrochimie), ils ont obtenu un polymère, un genre de caoutchouc synthétique, suffisamment polyvalent pour capturer le mercure sous ses formes les plus communes.

Recycler pour dépolluer : c’est le « double effet kiss-cool » appliqué à la protection de l’homme et de l’environnement (les deux étant indissociables bien sûr).

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/chem.201702871/full

Allô la blockchain ? Ici la Noiraude…

Selon Emmanuel Faber, Directeur Général de DANONE, il y a dans la technologie blockchain un outil extraordinaire de traçabilité pour l’agriculture. Un flash code pourrait à terme permettre de tout savoir sur un produit, rendant la question de la transparence quasiment caduque (1).

Ceux qui ne vivent pas le nez dans le digital se demandent ce qu’est la blockchain :

« Une blockchain constitue une base de données qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. Cette base de données est sécurisée et distribuée : elle est partagée par ses différents utilisateurs, sans intermédiaire, ce qui permet à chacun de vérifier la validité de la chaîne (…) il faut s’imaginer un très grand cahier, que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible. » (2)

Les premiers pilotes sont en cours chez DANONE. Demain ou après-demain donc, en pointant votre portable sur un yaourt, vous saurez si la vache à son origine s’appelle Marguerite ou La Noiraude et si elle est normande ou savoyarde.

Voilà qui va combler l’un de mes amis, qui m’exposait cet été son rêve de tout savoir de ce qu’il mange…

(1) Entretien dans l’Usine Nouvelle N° 3524-3525 / 13 juillet 2017

(2) https://blockchainfrance.net/decouvrir-la-blockchain/c-est-quoi-la-blockchain/